Valerian Luc Besson

Valérian et la cité des mille planètes (2017)

Chronique d’un plantage à pleine vitesse.

Le film commençait pourtant bien, par une scène d’introduction remarquable sur fond de Space Oddity, certes facile mais efficace. Ensuite… c’est le vide scénaristique total. Du grand spectacle handicapé par un vraiment vraiment vraiment très mauvais jeu d’acteurs.

Dès la 1ere scène où apparaissent Dane DeHaan et Cara Delevingne, inutilement longue et ennuyeuse, on a peine à se dire que ce seront les deux personnages principaux. Même Clive Owen, pourtant excellent acteur, apparaît pâle et monocorde, enfermé dans un personnage sans relief.

Je ne sais pas pour vous, mais dès que j’ai su que Luc Besson montait cet immense et ambitieux projet, le plus grand budget du cinéma européen, j’ai immédiatement eu le pressentiment qu’on allait vers une catastrophe. Peut-être, s’il avait été annoncé avec davantage de modestie – et non comme le nouveau Star Wars – on l’eut jugé différemment. Valérian est tout juste un divertissement correct. Mais une révolution dans l’univers de la science-fiction ? Clairement pas. Quand on voit la qualité esthétique et l’inventivité des quelques dernières séries TV de science-fiction (Westworld par exemple), on se dit que vraiment, ce film ne peut plaire qu’en-dessous de 6 ans.

D’une certaine façon, la mégalomanie de Besson a parasité son propre film. A-t-il vraiment cru que faire apparaître Rihanna ou Herbie Hancock lui apporterait automatiquement le succès ? Ce fut, je crois, contre-productif. Il a préféré le nombre d’abonnés Twitter au jeu d’acteur. D’autant plus que toutes ces scènes inutiles, rajoutées uniquement pour faire apparaître des célébrités, alourdissent terriblement le film.

Résultat, malgré tous ces effets spéciaux, Valérian et la Cité des mille planètes manque cruellement de saveur. Il est terriblement plat et fade. Il est trop propret, dans le genre mauvais blockbuster. Les décors n’ont pas grand chose d’original – la première planète ressemble à une sorte de Tatooine du pauvre.

En voulant être familial et cocher toutes les cases, Valérian ne réussit ni à être drôle, ni crédible, ni entraînant. On rigole des scènes sérieuses, on reste de marbre devant ce qui se veut fun. Et je n’aborderai même pas la qualité des dialogues… tellement affligeants qu’on prie pour que les acteurs se taisent.

Toutes les bonnes idées du film sont dès lors comme des bijoux sur un chien, inutiles voire risibles. Et c’est dommage parce que l’univers de Valérian et Laureline n’est pas sans intérêt. Les scènes d’action du film étaient par ailleurs plutôt réussies, seuls passages où l’on n’a pas envie de se rincer les yeux.

Le problème c’est que si nous Français avons une fâcheuse tendance à pardonner le divertissement de piètre facture, l’Américain ne tolère pas le blockbuster bancal. Du coup, Valérian a été une catastrophe au box-office américain – et la suite que voulait produire Besson pourrait ne jamais voir le jour. On a presque envie de pousser un ouf de soulagement.

On est presque rassurés pour la bonne santé mentale des spectateurs que le film ait été un échec…

La conclusion ira à Besson lui-même : « En fait, nous avons eu une très, très mauvaise campagne aux États-Unis. C’est mon opinion. Certains articles de presse, 70 %, étaient très bons et 30 % étaient mauvais, comme d’habitude. Certains des mauvais atteignent le reste du monde… Ils atterrissent dans les journaux en Chine, et les gens lisent ces avis en provenance d’Hollywood. Et ce n’est pas que le film, c’est aussi moi, le projet, l’ensemble a été attaqué par deux ou trois articles. Et il était très difficile de parler aux gens et de leur dire d’aller juger par eux-mêmes. » Trump-style.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s