Grande messe psychédélique : Les 20 ans du label Rocket Recordings au Garage !

Pour fêter ses 20 ans, le label anglais Rocket Recordings organisait les 9, 10 et 11 mars trois soirs de concerts réunissant les groupes du label pour une grande messe psychédélique.

Vendredi 9 mars
C’est à la formation Flowers Must Die qu’est revenu l’honneur d’ouvrir les hostilités, avec un space rock sous influences orientales. Les morceaux se déroulent comme des mantras et nous emportent dans directement dans une autre dimension.
Album conseillé : Kompost (2017)

On monte ensuite à l’espace bar en haut de la salle pour assister aux expérimentations sonores d’Ahrkh. Penché sur ses machines, le membre du collectif GNOD nous livre un set plus expérimental. Sa maîtrise du chant diphonique sur la musique ambiante achève de nous transporter dans d’autres sphères.

Julie’s Haircut prend la relève sur scène. Bien que la musique soit de qualité on est légèrement moins emporté. La faute à des problèmes techniques qui semblent frustrer le groupe, et nous aussi par la même occasion.
Album conseillé : Invocation And Rituel Dance of My Demon Twin (2017)

A l’étage, Dwellings livre un electro noise un peu trop abstrait pour nous et on en profite pour boire une coup. On finit cette première soirée avec le set de Josefin Öhrn + The Liberation. Si ses morceaux pop métronomiques marchent plutôt bien sur ses albums, on a du mal à être convaincu par le rendu scénique. La chanteuse est un peu trop maniérée et parfois un peu juste vocalement.
Titres conseillés : « Dunes » et « Sister Green Eyes »

 

Samedi 10 mars
En vadrouille dans la ville pendant la journée on loupe le super groupe Temple OV BBV réunissant des membres de GNOD et Radar Men From The Moon. On arrive sur place pendant le set de Mamuthones et comme la veille on se fait embarquer directement vers d’autres cieux avec leur math rock plus énervé en live que sur leurs albums.
Album conseillé : Fear On The Corner (2018)

C’est ensuite Gnoomes qui prend le relaie pour un set lisse et sans surprises. Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs (ou Pigs x 7 pour les flemmards) qui devait suivre annule sa venue à cause d’un problème familial. On leur adresse donc une pensée et on vous encourage à jeter deux oreilles à leur rock burné au chant geulard, mais qui fait du bien.
Album conseillé : Feed the Rat (2017)

Le groupe est remplacé par Housewives sur la scène principale. Leur noise étant peu entraînante on en profite pour squoiter le bar. Jusqu’à ce que VED prenne le contrôle de l’espace… Peu convaincu, on descend voir la fin du set de Hey Colossus sur la scène principale. Si leurs morceaux sont plus classiques que ceux d’autres groupes du label, leur prestation sur scène remporte l’adhésion du public (et la nôtre).

Viens ensuite le groupe que tous le monde attendait : GOAT.

C’est toujours un plaisir de retrouver la formation en concert, puisque dans le circuit un peu surévalué du rock psychédélique les suédois écrase toute concurrence. C’est toujours enthousiastes et avec l’impression d’avoir assisté à une véritable cérémonie musicale qu’on ressort de leur shows et cette prestation ne fera pas exception à la règle.

C’est « Try My Robe » présent sur leur dernier album studio Requiem qui ouvre le set. Le groupe donne tout de suite le ton, évasion et transe sont toujours d’actualité ! Suit « Goat Fuzz » et son riff de guitare à la limite du stoner rock. On entre en communication avec le Dieu Chèvre, guidé par les danses des deux frontwomen dont on aimerait connaître le secret pour être aussi dynamique concert après concert…

Danse et bonne humeur ne quitteront plus la salle au fur et à mesure que le groupe enchaîne les titres : « Talk To God », « Let It Bleed », « Disco Fever », « Gathering of Ancient Tribes »… Goat pioche dans ses trois albums studio sans distinction et tout parait s’enchaîner de façon naturelle. « Run To Your Mama » et un nouveau morceau finissent de nous guider vers les portes de la perception ultime avant que le groupe ne quitte la scène.

Le public s’empresse de demander un rappel qui sera accordé avec l’enchaînement de « Goatman » et « Goathead » histoire de nous achever. Malgré une foule qui en demande encore, Goat ne reviendra pas et nous laisse là, déjà en manque malgré un concert dont on ne pouvait raisonnablement pas attendre plus…

Quoi qu’un petit « Det Som Aldrig Förändras » usuel pour finir aurait été parfait, mais le groupe nous a déjà tellement donné. Il finit de prouver deux choses : personne n’est capable de rivaliser avec eux sur scène, tout comme il n’existe pas d’autre groupe capable d’aussi bien fusionner les musiques et rythmes du monde entier pour nous livrer des joyaux psychédéliques, aussi purs que la pierre philosophale.

 

Nous n’avons hélas pas pu assister à la troisième soirée de concert le dimanche soir, mais on vous recommande deux groupes qui y étaient :

Teeth of the Sea : le groupe s’appelle d’abord JAWS puis doit changer pour des raisons de droits. Ils décident alors de changer pour la traduction anglaise du titre français du film de Spielberg. Vous avez suivis ? En tout cas, si vous aimez la musique atmosphérique et aérienne vous devriez accrocher.
Album conseillé : Orphaned by the Sea (2009)

GNOD : collectif de musiciens aux membres variables d’un album à l’autre et toujours en recherche d’expérimentations sonores. Capables aussi bien de livrer un rock de l’espace aux côtés de White Hills que de la grosse noise en mode anti-capitaliste. Les membres livrent aussi des travaux solos intéressants, comme ceux d’Ahrkh dont on vous parlait plus haut, ainsi que Marlene Ribeiro qui dévoile une musique plus douce sous le pseudonyme Negra Branca. A noter que le groupe sortira début mai prochain son nouvel album, Chapel Perilous, et que le premier extrait dévoilé envoie du lourd. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les barjos d’Hidden Frequencies, association responsable des meilleurs concerts psychés sur Paris du moment, nous organise une soirée à l’espace B le 12 mai avec GNOD, Psyence et Insect Ark. On vous conseille de ne pas louper ça !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s