Black Mirror

Black Mirror, épisode par épisode

Si la technologie est une drogue, alors quels en sont les effets secondaires ? C’est dans cette zone entre joie et embarras que Black Mirror se situe..

Black Mirror est une série d’anticipation crée par Charlie Brooker, journaliste britannique qui écrit pour The Guardian. On lui doit aussi la série Dead Set, dans laquelle on suit des participants à l’émission anglaise de Loft Story pendant qu’une épidémie de zombie se propage. Cette série égrainait déjà notre société et son amour pour le voyeurisme et les shows de télé réalité. Des participants aux spectateurs en passant par les producteurs, tout le monde en prend pour son grade. On y retrouve aussi le cynisme et l’humour noir british qui sont poussés à leur paroxysme dans Black Mirror.

Black Mirror est aussi une série d’anthologie et chaque épisode raconte une histoire propre. Ils peuvent donc tous être regardés indépendamment des autres. Pour les flemmards qui voudraient se faire un visionnage accéléré on a noté chaque épisode avec un petit avis. Mais on vous encourage surtout à tout regarder, car le niveau global est haut et puis les goûts c’est comme les bonbons Haribo…

SAISON 1
L’Hymne national (The National Anthem) 3/5

Un artiste prend la Princesse Susannah en otage. Il exige pour la délivrer que le Premier Ministre britannique est un rapport sexuel en direct à la télévision nationale…

Sans être révélateur de ce que va être la série dans ses prochains épisodes et un poil excessif, The National Anthem génère un sentiment de malaise vis à vis de notre société qui fera la marque de la série. Un pilote coup de poing pour une série qui n’épargne pas le spectateur.

15 millions de mérites (15 Million Merits) 4/5
Dans une société futuriste, les gens passent leur journée sur des vélos d’appartement à regarder des écrans, afin d’obtenir des crédits suffisants pour s’acheter des avatars ou réaliser leurs rêves…

Si l’aspect anticipation n’est ici pas très fin, reste qu’il fonctionne très bien. 15 millions de mérites possède aussi l’une des fins les plus prenante de la série. Mention spécial à l’acteur Daniel Kaluuya que l’on retrouve dans Sicario, Get Out et Black Panther cette année, qui porte l’épisode à lui tout seul.

Retour sur image (The Entire History of You) 5/5

Dans le futur, une puce est implantée dans chaque individus, leur permettant de revoir autant de fois qu’ils le veulent des scènes de leur vie passée…

Un scénario  millimétré porté par un couple d’acteurs excellents. L’intelligence du propos en fait une réussite à tous les niveaux, que ce soit dans l’aspect anticipation ou au niveau du drame humain. Sans conteste le chef-d’oeuvre de cette première saison et encore l’un des meilleurs épisodes à ce jour.

SAISON 2
Bientôt de retour (Be Right Back) 3/5

Aux funérailles de son mari, l’amie d’une jeune femme lui parle d’un nouveau service, permettant de créer – à travers les comptes de réseaux sociaux – un avatar virtuel des personnes disparues…

Un épisode assez chouette qui a comme principal défaut de subir la concurrence du film Her de Spike Jonze paru la même année.

La Chasse (White Bear) 2/5
Une jeune fille amnésique se réveille dans une chambre inconnue. Lorsqu’elle sort dehors, elle se fait pourchasser par un mystérieux homme masqué, tandis que les habitants du quartier la filment depuis leur fenêtre sans lui venir en aide…

White Bear repose en grande partie sur le voyeurisme de notre société, comme The National Anthem. Le twist final, même s’il apporte une révélation qui réveil l’intérêt, manque de finesse pour servir le propos. Surtout, s’appuyant essentiellement sur ce twist, White Bear perd en force passé le premier visionnage. C’est d’autant plus dommage que l’acteur Michael Smiley y est, comme d’habitude, très charismatique.

Le Show de Waldo (The Waldo Moment) 4/5

Un comédien raté donne vie, via un procédé de motion capture, à une exubérante créature bleu. A travers elle il s’en prends aux hommes politiques…

L’élection de Trump avec 4 ans d’avance… On ne peut plus dire qu’on avait pas été prévenu !

EPISODE SPÉCIAL NOEL
Blanc comme neige (White Christmas) 4,5/5
Dans une cabine perdue dans les bois le jour de Noël, deux hommes se racontent leur passé, tous deux ayant des secrets qu’ils avouent l’un à l’autre.

Un épisode qui synthétise le rachat de la série par Netflix : plus de moyens et d’ambitions, parfois au détriment de la fraîcheur des débuts. Reste que White Christmas, construit comme une poupée russe, est prenant de bout en bout.

SAISON 3
Chute libre (Nosedive) 3,5/5

Dans une société régie par la cote personnelle, Lacie veut tout faire pour obtenir l’appartement de ses rêves. Quand son amie d’enfance au statut irréprochable lui demande d’être sa demoiselle d’honneur, Lacie voit l’opportunité d’améliorer sa note et réaliser ses rêves…

Un premier épisode un poil décevant. L’univers est plutôt drôle et notre société adepte des réseaux sociaux en prend un coup, mais la deuxième partie de l’intrigue est un peu clichée. Nosedive sort tout de même du lot grâce à son ton décalé. Il est même appréciable de voir la série explorer d’autres ambiances et de sortir du pessimisme absolu.

Playtest 2/5
Pour financer la fin de son tour du monde, un jeune homme en quête d’aventure accepte de tester un système de jeu vidéo en réalité augmentée directement relié à son cerveau. Il va alors vivre une expérience plus intense que prévue…

Surement l’épisode le moins prenant de cette troisième saison. Il faut attendre la fin pour qu’il prenne toute sa dimension, mais on reste tout de même sur sa faim (oh oh). Néanmoins, la série s’aventure encore vers de nouveau horizon en lorgnant vers l’horrifique et prouve qu’elle est capable de se renouveler.

Tais-toi et danse (Shut Up and Dance) 3/5
Plusieurs personnes se font pirater et sous la menace de voir leurs vies ruinées par la mise en ligne d’informations compromettantes les concernant, se retrouvent à suivre les instructions absurdes et risquées des pirates…

Shut Up and Dance est plutôt bon, avec deux acteurs extra, mais son intrigue est assez classique pour la série. On y trouve Jerome Flynn connu pour son rôle dans Game of Throne.

San Junipero 5/5

En 1987, dans une ville de bord de mer, une jeune femme timide et une fêtarde extravertie nouent un lien puissant. Peu à peu, il semble que l’endroit où elles se retrouvent défient les lois de l’espace et du temps.

Les choses commencent à devenir sérieuses avec San Junipero qui met une petite claque. Ici la série s’aventure clairement dans d’autres registres. C’est bien amené et bien traité. Les deux actrices sont attachantes et l’univers très chouette. Le meilleur épisode de la troisième saison !

Tuer sans état d’âme (Men Against Fire) 4/5
Dans un monde après-guerre, une unité militaire d’élite est chargée de tuer les humains dégénérés qui se cachent. L’un des nouveaux membres se fait infecté par un étrange virus lors de sa première mission…

On retourne vers des horizons plus habituels pour la série et son univers post apocalypse / dystopique. Men Against Fire reste prenant de bout en bout grâce à une intrigue purement SF.

Haine virtuelle (Hated in the Nation) 4,5/5
Une série de meurtres sanglants frappe les cibles au cœur de bad buzz dans les médias britanniques. Les policiers chargés de retrouver le coupable découvrent une arme inédite mais surtout ses motivations…

Un épisode particulier, car il dure 1h30. On y suit un tandem de policer pour un vrai thriller SF qui n’aurait pas dénoté avec une sortie en salle malgré un budget restreint. Là encore l’intrigue reste prenante avec de nombreux rebondissements.

SAISON 4
USS Callister 4/5
Le capitaine Robert Daly dirige l’équipage de son vaisseau spatial, le USS Callister de Space Fleet, d’une poigne ferme et juste. Il traque son ennemi, Valdack, qui parvient encore à lui échapper…

Sous couvert de parodie de Star Trek cet épisode livre une satire de réalité virtuelle aussi cinglante que jouissive. Un départ efficace pour cette quatrième saison qui sera par la suite en demi teinte.

Archange (Arkangel) 3/5
Inquiète pour la sécurité de sa fillette, Marie, mère célibataire, équipe celle-ci d’un implant de surveillance de pointe qui lui permet, entre autre, de la localiser…

Un épisode réalisé par Jodie Foster qui dénonce à la fois la surprotection des enfants et les nouvelles technologies de surveillance. Si le traitement est plutôt banal, le propos reste lui pertinent.

Crocodile 1/5
Alors que Rob et Mia rentrent chez eux en voiture après une nuit en boîte assez alcoolisée, Rob percute violemment un cycliste sur la route, le tuant sur le coup.

La technologie présentée est plutôt intéressante. La performance de l’actrice Andrea Riseborough, aperçue dans Birdman ou Nocturnal Animals, de bon niveau. Pourtant on peine a ressentir quelque chose devant Crocodile qui n’arrive à mettre en valeur ni son côté anticipation, ni son aspect thriller. Peut-être l’un des épisodes les moins prenant de la série

Pendez le DJ (Hang the DJ) 4,5/5

Dans un futur proche, à l’heure où les réseaux sociaux sont plus que jamais importants dans notre société, les modes de rencontres du partenaire idéal ont bien évolué…

Le meilleur épisode de cette quatrième saison. Hang the DJ allie encore une fois le meilleur d’une dérive technologique à un drame humain prenant.

Tête de Métal (Metalhead) 2,5/5
En explorant un entrepôt abandonné, trois pillards en quête de ressources déclenchent un monstre impitoyable qui s’élance à leur poursuite dans un désert inhospitalier.

Metalhead est un peu à part dans la série, en noir et blanc, quasi muet. Si l’exercice est bien réalisé, l’épisode manque tout de même de fond. On préfère revoir les films Terminator ou Hardware.

Black Museum 3/5
Sur un tronçon d’autoroute vétuste, une touriste tombe sur un musée vantant des artefacts criminels rares. Mais le clou de l’exposition lui réserve une surprise de choc.

Black Museum regroupe plusieurs intrigues et dévoile des technologies assez terrifiantes. Mais la surenchère de rebondissements finit par lasser sur la longueur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s