Utoya 22 juillet Erik Poppe Etrange Festival 2018

Étrange Festival 2018 jour 11 : la grosse claque de cette édition avec Utoya, 22 juillet

Utoya, 22 juillet d’Erik Poppe était annoncé comme la séance choc du festival. Et pour cause, le film propose de revivre le massacre d’Utoya perpétré par un terroriste aux idées d’extrême-droite en Norvège.

On craignait un film voyeuriste et pervers, mais Utoya, 22 juillet est juste dans son propos et à la bonne idée de ne jamais en montrer plus qu’il n’en faut. Le meurtrier n’est jamais montré, ni nommé, il restera une silhouette. Une riche idée quand on sait comment il a cherché la mise en lumière tout au long de son procès. Le film se concentre sur les victimes de l’attentat.

Tout le film est un unique plan séquence, tourné en deux (ou trois) essais. En plus d’être un incroyable tour de force technique, cela nous plonge directement au cœur de l’horreur vécue par les jeunes sur l’île. On est d’autant plus tétanisé que la performance des acteurs, tous de jeunes amateurs, est incroyable. Le mixage sonore accentue la perte de repère, les coups de fusils résonnent et semblent venir de partout à la fois.

Utoya, 22 juillet est donc un film glaçant. On peut le penser comme un hommage aux victimes ou comme une monstruosité sortie bien trop tôt. A ce titre, il est nécessaire de rappeler que le réalisateur Erik Poppe, ancien photographe de guerre, à reçu le soutien d’une partie des familles des victimes et des rescapés. Il s’appuie sur leurs témoignages pour son film. Nul doute que la polémique qui entoure Utoya reste justifiée, mais le métrage au moins le mérite de faire réagir le spectateur, de le secouer. Il est aussi un rappel douloureux sur ce que l’homme est capable de pire et pourquoi les idées défendues par le terroriste norvégien doivent être combattues avec toute la force possible. Pour vous faire votre propre avis, il faudra aller voir le film en salle à partir du 12 décembre prochain.

On découvrait ensuite Moi Christiane F, 13 ans, droguée, prostituée adaptation du libre du même nom retraçant la vie de Christiane Felscherinow. Un film assez dure également, retraçant la chute de jeunes berlinois dans la drogue au milieu des années 70. Bien réalisé le métrage est une réussite plastique et contient une bande son hypnotique. Forcement plus édulcorée et court que le livre, il reste prenant de bout en bout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s